Culture/ Mode

Violetta, le nouveau venu des magazines nippons

18 Mai 2015

J’ai croisé la route de ce magazine sur un étal d’une librairie d’une toute petite ville à coté de Nagano, totalement par hasard après avoir loupé mon train. Je feuilletais le dernier Cutie, dans lequel j’ai d’ailleurs croisé un visage connu et amical, quand j’ai été attirée par une illustration familière sur le coté. Violetta titrait la couverture. Je l’ai dévisagé quelques instants, à la fois attirée par cette illustration de Rune World et révulsé par le titre (merci Disney et tes séries pour prépubères mal doublées), puis je décidais de céder à la tentation de l’ouvrir. A peine feuilleté, je filais droit vers la caisse pour me l’offrir.

Violetta donc, est un nouveau magazine féminin dont le premier numéro est sorti fin Mars et le prochain arrive dans les kiosques nippons aujourd’hui. L’éditeur est Futabasha qui édite principalement des mangas (avec Cutie Honey et Shin-Chan dans leur catalogue) mais également le magazine gyaru Edge Style ainsi que Jille. Je n’ai aucune informations sur les publications antérieures des membres de l’équipe éditoriale, mais certaines des modèles collaborent également avec Cutie. Le lien avec Larme est assez facile car au delà du rythme de parution similaire, le coeur de cible est également des jeunes femmes dans leur vingtaine et l’on est globalement dans le même style de magazine qui traite autant de la mode, de mise en beauté que d’une idée plus générale du lifestyle. On trouve également des similitudes dans la mise en page, le choix des typos et les shootings photos très travaillés.

violetta4

Au niveau du style, il est par contre radicalement différent de ce que propose l’équipe de Larme et propose une mode plus « mainstream », très casual tout en restant ultra féminin avec soit l’usage de couleurs tendres et pastels, soit d’accessoires très madame. Tout n’est pas mon exactement mon style bien loin s’en faut, mais l’ambiance très « cool » et faussement négligé qui s’en dégage me séduit énormément. Le volume 1 était très tourné années 70 mais je ne suis pas sure que cela soit un thème récurent non plus, à vérifier dans les prochains numéros donc.

Niveau maquillage rien de bien nouveau sous le soleil même si Violetta est plus orienté conseils et découverte de produits que tutoriels et montre donc très peu de pas à pas. Dans la partie beauté, les pages sympas résident dans les coiffures avec des pages de recommandations de salons et ce qu’il faut demander au coiffeur pour obtenir le même résultat que sur le modèle. Pratique si on a pas envie de se prendre la tête à chercher ou aller puis expliquer !

Pour le lifestyle, on trouve des pages présentant les habituelles recettes, des cafés sympathiques ainsi que des rues « cools » et ce qu’ont y faire à Tokyo. Les pages surprenantes étant celles consacrées aux fanzines et les endroits où s’en procurer dans la capitale nipponne ! Assez inattendu et cela change des habituelles pages sur les romans à l’eau de rose et autres films sirupeux.

violetta14

La vraie surprise étant ces pages dédiées au origine du « kawaii » avec plusieurs pages dédiées au travail de Rune Naito que j’adorerai pouvoir lire et comprendre… Je suis sure qu’il y aurait plein de choses intéressantes à en retirer. Juste après viennent deux pages d’interview avec Riyoko Ikeda, mangaka à l’origine de La Rose De Versailles !

Je pense que Violetta (comme Larme), sont cette nouvelle génération de magazines nippons qui ne veut pas se contenter de suivre ou documenter les modes de rue et les tendances comme peuvent les faire les Keras ou les Fruits par exemple, mais qui se veulent plutot proposer leur sens du style en utilisant des. Comme une sorte de pont au final entre notre tradition occidentale du magazine féminin (shootings très travaillés, parties sur les tendances de décoration, etc) et celle des magazines japonais de la génération précédente (combinaison de vetements sur un mois, nail arts). Ce qui n’est pour me déplaire, j’ai d’ors et déjà commandé le numéro deux de Violetta sur Amazon !

violetta9

  • chat de papier

    Hello, j’ai découvert ton blog par hasard en cherchant des informations sur le fameux magazine Violetta 🙂 ton article m’a convaincue de le commander rien que pour découvrir les illustrations style sixties.

    Ps: très joli blog, tu peux me conter parmis tes lectrices!

    • Bonjour, merci de ton petit mot et de me suivre ! Si le travail de Rune Naito te plait je t’invite à faire un petit tour sur l’article qu’une amie lui a consacré : http://otome-at-heart.blogspot.fr/2015/01/otome-kei-rune-naito-un-des-precurseurs.html

      Violetta est assez rafraîchissant par rapport aux magazines japonais actuels pour jeunes femmes qui parfois manquent un peu de personnalité, meme si pour le coup j’ai moins accroché au contenu du volume 2 qui me semble plus. On y retrouve encore des illustrations de Naito d’ailleurs !

  • petite_dieu

    J’ai préféré le 1er volume au 2e aussi mais je pense que je me laisserai bien tentée par le 3e.

    • Je pense aussi, histoire de me faire une vue d’ensemble. Après j’ai aussi l’impression que les numéros « d’été » me parlent moins que ceux d’automne/hiver/printemps !