Mode/ Voyages

Un Grimoire vers l’autre monde à Shibuya

6 Oct 2014

Grimoire c’est une boutique avec laquelle j’entretiens un lien assez particulier. C’est en effet celle qui a fait se populariser le dolly kei, ce style dont l’esthétique m’obsède un tantinet et que j’aimerais pouvoir porter plus souvent. On y trouve des vêtements et accessoires vintage, sélectionnés par Hitomi et son équipe, une gamme développée pour la boutique nommée Vérum qui propose des surtout collants et chaussettes à imprimés ainsi que Reinette et Mirabelle marque de bijoux avec notamment des insectes pris dans de la résine. Depuis mon séjour il se trouve que Grimoire a lancé une gamme de prêt à porter conçue par le staff, jalon vers une autre évolution ?

Pour en savoir plus sur ce courant et avec une plus jolie prose que la mienne, je vous conseille chaleureusement l’article écrit par Hana à ce sujet il y a quelques temps qui est toujours aussi juste.

DSC_0128 grimoire collant DSC_0126 DSC_0125 DSC_0124 DSC_0121 DSC_0120 DSC_0117 DSC_0116 DSC_0114 DSC_0118 DSC_0115

Grimoire, l’orignal donc, est une boutique perchée au 7ème étage d’un bâtiment (qui ne contient d’ailleurs que des boutiques de vêtements vintage à tous les étages) situé à Shibuya côté Harajuku. Elle exhale une odeur entêtante d’encens et de papier d’Arménie que les vendeuses font très régulièrement brûler et possède une décoration des plus chargées mais tellement riche en détails que vous aurez presque une sensation de vertige face à la profusion des icônes, cadres et fausses branches de vigne.
L’atmosphère est très tamisée, la musique un brin jazzy et les vendeuses très gentilles, de bon conseil sans être oppressantes comme c’est souvent le cas dans les boutiques japonaises. J’ai pris plaisir à longuement fouiller chaque portant, à admirer chaque étagère croulant sous les figurines de Vierge et c’est ce qui rend aussi cette boutique chère à mon cœur : c’est vraiment une sorte de havre de paix un peu suranné qu’on a du mal à quitter.

DSC_0113 DSC_0112 DSC_0111 DSC_0110

J’ai fini par jeter mon dévolu sur une paire de chaussettes hautes longuement concuspicées ainsi qu’une paire de chaussettes courtes coup de cœur. J’étais un peu triste d’apprendre que leur modèle de chaussettes courtes Salomé était arrêté mais en même temps j’aime l’idée qu’Hitomi Nomura ne s’appuie pas trop sur ses acquis et cherche à faire évoluer sa marque.

J’ai eu des débuts difficiles avec le dolly kei new school qui manquait de macabre à mon goût, mais au final je me retrouve plus dans le côté « vieille fleurs fanées » qui est tout aussi memento mori qu’un crâne, juste un peu moins évident au premier regard.

  • messalyn

    Tiens je n’aurais jamais imaginé que cette boutique soit en haut d’un immeuble ! Avec son look et les petites rues bizarres de Tokyo j’avais une vision très échoppe à l’ancienne de la chose. C’est un vrai plus qu’ils aient également leur propre ligne d’accessoires, pour insuffler leur propre esprit dans tout ce vintage.

    • (Désolée du délai de réponses)
      Oui c’est assez rigolo de se dire qu’en fait elle est perchée au milieu de nulle part dans un immeuble rempli de boutique vintage. Leur gamme de collants/chaussettes est onéreuse pour la qualité (les chaussettes restent fines tout de même) mais elles finissent si bien les tenues… Par contre Reinette et Mirabelle, une marque revendue par Grimoire, font vraiment des bijoux somptueux avec des insectes coulés dans la résine !

      • messalyn

        (Pas de problème XD Au moins Disqus est bien fait, je ne gonfle pas artificiellement tes visites en allant checker tous les jours)

        J’avais trouvé à Laforêt une boutique qui faisait exactement la même chose, et c’est ce que ma sœur s’y était acheté : un porte-clé (ou un collier ?) avec des insectes dans de la résine; de mon côté, j’avais craqué pour un collier dinosaure et si j’avais pu me lâcher sur les autres bijoux organiques avec des os, de l’herbe, des aliens, ma foi… Pour ne rien gâcher la boutique s’appelait Gondoa ♥