Culture/ Mode

Larme, magazine japonais fétiche

28 Mar 2015

Depuis le temps que je vous avais promis cet article, il arrive enfin… J’ai découvert Larme un peu par hasard, moitié par l’intermédiaire d’Hana, moitié en faisant des recherches sur des magazines nippons fin 2013 début 2014. Plutôt que de présenter le magazine, son concept et sa naissance je vous laisse plutôt lire cet excellent article (en anglais) sur Universal Doll qui résume le tout assez bien tout en présentant le Larme kei.

Avec la recherche des séances photos, le travail de typographie et de composition des pages du magazine pour un rendu plus délicat et artbook que les usuels Kera et Zipper, il est rapidement devenu mon magazine fétiche ! Je ne suis de base pas trop attirée par les styles gyaru, mais Larme réussit vraiment à mêler mignon et féminin un peu sexy, de façon fraîche et nature ce qui m’a beaucoup séduite. C’est un style que j’aimerai beaucoup arborer en dehors du lolita/otome pour des looks quotidiens mais pour le moment mon gros point faible est mon manque d’effort en ce qui concerne les coiffures au quotidien ahah !

Avec leurs numéros plus récents, je note un relâchement dans la qualité et la recherche des séances photos qui font beaucoup plus magazine lambda et moins artistique qu’auparavant, néanmoins la force de Larme reste leurs pages look-maquillage à thème qui sont toujours très bien exécutées et intéressantes. Ma préférée à ce jour reste celle sur les actrices de années 1950-1960 avec le tutoriel maquillage pour finir le look, mais j’aime aussi beaucoup celle sur les naïades  que je vous présente ici.

larme13

Egalement, Larme a réussi à créer un style vraiment cohérent, les magazines se suivent et restent dans les mêmes thématiques ce qui est très appréciable, on sent qu’il n’y a pas juste une équipe qui suit les tendances dans la rue en y mêlant les marques à la mode. En vérité, le magazine a réellement lancé des marques, notamment Swankiss en intégrant leurs articles dans des looks qui leur étaient propres !

Le dernier point qui me fait racheter inlassablement les nouveaux numéros, c’est la sélection des mannequins qui y contribuent ! Mes préférées sont Amo et Risa Nakamura, mais j’aime également beaucoup Marie, Selene et Monaca. Toutes s’habillent dans leur vie de tous les jours dans la même veine que ce qu’elles peuvent porter dans le magazine, j’ai donc découvert de très chouettes comptes Twitter ou Instagram en suivant ces modèles et leurs amies.

larme7 larme8

Comme pour la plupart des magazines japonais, je pense qu’en toute honnêteté il n’y a pas de grand intérêt à acheter Larme systématiquement dès de sa sortie (tous les deux mois) si vous n’êtes pas à fond dans le Larme kei ou une collectionneuse compulsive comme je suis. Néanmoins c’est une petite pause rafraîchissante dans la mode japonaise au même titre que Spoon par exemple : si vous voyez un thème qui vous plait n’hésitez pas à vous le procurer, pour 12€ à Book-Off ou Junku vous êtes sûres de vous faire plaisir avec un bel objet !

Vous pouvez regarder les différentes photos toutes en haut de l’article en cliquant sur les flèches de la gallerie.

larme5 larme9 larme10Lar

  • Mi

    J’ai découvert ce magazine chez toi et ça a été le coup de cœur, je ne suis pas forcément fan de tout ce qu’il y a dedans mais l’objet est tellement sympa et bien fichu avec un univers propre, que, comme tu dis, ça change des kera et consors (que je n’ai jamais trop aimé à cause du coté catalogue justement). J’ai demandé à mon frère de me ramener le dernier du Japon mais au final il m’a prit 4 numéro, j’ai trop hâte de les avoir en main. Dans la même veine, le Alice déco à la mode me manque horriblement, leurs photos étaient vraiment pas mal et certaines coordi étaient à tomber avec leur mélange de lolita/dolly/mori.

    • Oh je suis contente que ton frère t’en ramène ce sont vraiment de beaux objets qu’on a envie de garder à contrario d’un Grazia ! Comme toi Alce Deco me manque, c’était plus frais et moins convenu que leurs consorts, j’aurais bien aimé qu’une version « en ligne » voit le jour cela me plairait beaucoup de monter un magazine en ligne dans la même veine.

      • Mi

        Oui je suis contente qu’il en ai prit plusieurs, j’ai aussi la collectionnite qui me chatouille surtout avec ce genre d’objets… Je suis sure que tu pourrais mener un projet de magazine en ligne dans cette veine, lorsque je vois la façon folle dont a évolué ton blog depuis le début et la régularité avec laquelle tu postes, je suis persuadée que cela pourrait marcher.

        • J’ai peur malheureusement de ne pas avoir grand chose à dire. Ou alors il faudrait monter une équipe de choc, c’est vrai que cela serait sympa !

  • Hana

    Je rejoins Mi dans le manque d’Alice Deco, c’était tellement rafraîchissant cette créativité en plein boom du total set AP ou Baby… Comme toi je suis fan de Larme depuis (presque) leurs débuts et j’achète compulsivement chaque numéro, j’espère qu’ils garderont encore longtemps cette patte de fraîcheur et d’onirisme qui les a caractérisés malgré ce relâchement des derniers mois.

    • Oui c’était un plaisir pour l’oeil que de voir le lolita détourné et approprié. Il manque toujours un je ne sais quoi de folie dans les publicités, ils ne se font pas assez plaisir (sauf sur les couleurs qui clashent, hélas). Je croise les doigts pour que Larme continuent dans la même veine rêveuse oui, sinon il y a un moment où j’arrêterai ma collection.

  • messalyn

    C’est toujours agréable de toutes façons de feuilleter de beaux magazines, alors quand on peut conjuguer cette passion du graphisme et/ou de la lecture avec une passion vestimentaire, ce n’en est que plus appréciable. Surtout quand on peut varier les titres. Je ne connais pas ce magazine mais je pense que j’y jetterais volontiers un œil, sans être sûre de pouvoir tenir face à tout ce pastel ceci dit XD
    Le dernier magazine japonais que j’ai acheté m’avait laissée sur ma faim, Lolicate.
    PS : en parlant de graphisme, je ne t’ai pas félicité mais depuis que tu l’as changée je suis fan des typos des titres.

    • Exactement, les deux se mêlent harmonieusement pour une fois dans un magazine japonais ce n’est pas banal. Pour avoir travailler avec et pour des Japonais, ils ont la culture du pavé de texte et des couleurs qui clashent ensemble là où nous avons tendance à nous diriger vers de l’épuré surtout en ce moment.

      J’en emmènerai un ou deux si l’on se voit cet été, Lolicate était rafraîchissant dans son genre mais on sent que c’est le pet project de deux-trois personnes l’ensemble manquait de cohésion. Agréable, à avoir dans sa bibliothèque quand on collectionne les publications lolita mais pas un indispensable.

      (Et du coup je suis contente que la police te plaise, le mérite ne m’en revient pas mais c’est e qui m’a fait fondre sur le thème)