Voyages

Japon sauvage, Japon tradition

26 Mai 2015

Je ne sais pas si vous vous souvenez, l’an dernier en rentrant de nos dix jours à Tokyo et notre escapade à Kamakura je me faisais la promesse de faire un circuit plus rural, plus proche de la nature pour mon voyage nippon suivant. A vrai dire, je ne pensais pas repartir aussi tôt pour le Japon… Et puis le destin en a décidé autrement. Sur ce qui pourrait s’apparenter du coup à un coup de tête de Décembre, je suis partie un mois entier cet Avril avec des amis en prenant une valise trop grosse pour moi et un JR Pass de quatorze jours.

Fushimi Inari
Thé au Ginkakuji
Dans le jardin du chateau d'Himeji

Nous avons commencé avec une première étape dans le Kansai : Osaka, Kyoto, Nara et Himeji. Pas une fois je n’ai été déçue, la magie des sites traditionnels entourés de la nature fait toujours son effet, surtout lorsqu’elle se donne un petit coup de pouce photogénique à base de cerisiers et pruniers en fleurs.

Cerisiers en fleurs
Dragon d'Himeji
Chateau d'Himeji
Cerf sika à Nara

Nous avons fait une pause ville de trois jours entre Tokyo et Nagoya, avec une histoire qui sonne presque comme une blague à base de trois français et un ouzbek indésirable dans un appartement sale, bruyant et malodorant (maintenant j’en ris mais sur le coup j’ai bien pleuré). Et puis nous sommes repartis de plus belle à la recherche de la nature en direction de  Nagano et sa région dont je n’ai malheureusement quasiment aucune belles photos. Nous étions dans une jolie guest house de type traditionnel située dans une petite ville nommée Suzaka, juste à côté de Nagano, que je ne peux que chaleureusement vous recommander tellement le staff est sympathique et serviable : la Guest House Kura. Nous avons pris encore un autre bol d’air frais et fait pas mal de marche, un peu trop sous la pluie à notre goût mais heureusement il y avait des petits singes des neiges adorables…
Singe de Nagano

Il fut ensuite temps de quitter nos montagnes encore un brin enneigées pour aller offrir nos respects au Fuji-San et passer quelques jours auprès du Lac Kawaguchi. Ce fut sans nul doute l’épisode le plus reposant de nos pérégrinations japonaises, visite de temples paisibles, marches au bord du lac à ramasser des fleurs de cerisiers tombées entières de leurs arbres.

Iris d'Himeji
Carpes Koi

Enfin, le douloureux retour à la ville s’amorça avec une arrivée dans une Tokyo moîte et sale à mille lieux des trésors campagnards que le Japon avait pu nous réserver. J’ai beau adorer Tokyo : je reste, je crois, beaucoup plus pétrie de nostalgie lorsque je pense à ces quelques jours passés à l’abri de son effervescence, comme une sorte de bulle qu’on aurait tiré hors du temps. Je ne saurais que chaleureusement vous recommander de vous extirper de Tokyo pour trouver une certaine sérénité loin de la ville et apprécier les petits riens de la campagne, surtout celle de Nagano et de Kawaguchiko.

  • Anya

    Ha tes photos donnent vraiment envie ! Moi qui ne jurais que par le béton, j’ai également été frappée par la beauté de la nature japonaise, tellement reposante et qui a cette magique faculté de nous rendre humble, nous renvoyer à notre condition d’être humain et à notre place dans ce monde. C’était vraiment une sensation frappante et pourtant j’ai visité des lieux en Thailande qu’on pourrait qualifier de « spirituels » mais je n’ai ressenti ça qu’au Japon !

    • Exactement, cette impression de n’être si peu de chose et au final s’en sentir apaisé et rassuré. J’ai retrouvé à Kawaguchiko et Nagano la même sensation que j’avais éprouvé à Miyajima la première fois que je suis allée au Japon mais aussi dans la forêt à Bergen. Une impression d’une nature libre et sauvage, mais paisible. Cela me donne tellement envie de faire un jour un tour à pied des petites provinces du Japon en solitaire…

  • messalyn

    Plus je lis de retours sur des voyages dans ce pays en plus de ma propre expérience, plus le Japon rural me parait être ce qui laisse la plus forte impression. Je pense miser plus dessus à mon prochain voyage, j’ai déjà un bon tuyau pour un onsen reculé XD

    Les couleurs sont superbes, surtout ce (fil) rouge qui revient dans la plupart de tes clichés.

    • Oh oh l’onsen perdu dans la montagne ça doit être une super expérience, je regrette de ne pas l’avoir fait… Je te conseille à 100% de quitter la ville pour la nature la prochaine fois, surtout que Nagano doit être d’une fraîcheur reposante en été (et plus calme que le mont Fuji hélas vu que ce sont les seuls mois de l’année où il peut être monté). Kamakura m’avait aussi laissé une forte impression à condition d’arriver assez tôt pour fuir la foule, ou bien de s’en détourner en allant dans des coins moins touristiques.

      Merci pour les couleurs, j’ai l’impression que c’est un peu la magie du Japon qui nimbe d’une aura un peu différente les photos (bon le mérite en revient surtout à leur orange-rouge hypnotisant il est vrai).