Culture/ Sorties

Harry Potter, l’exposition

30 Juin 2015

DSC_2787
DSC_2778

Dur de croire que j’ai attendu autant de temps avant d’aller faire cette exposition quand on a connu la petite fille de primaire accro à ses Harry Potter et pourtant… Le hasard a fait qu’à force d’attendre j’ai pu aller la voir avec cette amie à qui j’ai fait découvrir la saga (en primaire justement) alors qu’elle revenait tout juste d’un an en Australie !

Nous sommes arrivées comme des fleurs un jeudi en fin d’après-midi et sommes entrées directement dans l’exposition, avec 3 autres personnes. Nous avions donc l’exposition pour nous seuls ou presque.

DSC_2785DSC_2790DSC_2794DSC_2812
L’exposition est composée de plusieurs salles avec des reproductions de décors (dortoirs de Griffondor, un pan du cimetière de la Coupe de Feu, bureau d’Ombridge à Poudlard, la cabine d’Hagrid…) ainsi que pas mal de props d’une qualité impressionnante utilisées dans les derniers films. Le tout est assez saisissant avec une jolie mise en scène qui fait vraiment plaisir aux fans puisqu’on retrouve vraiment l’ambiance des films !

Je déplore toutefois le prix élevé pour une exposition si petite, vu qu’en 1h en prenant notre temps le tour était fait ; ainsi que la taille de la boutique pour le coup qui proposait des goodies à des prix tout bonnement scandaleusement élevés par rapport au Japon et aux US… Je me pose du coup la question de la pertinence de cette exposition en France pour un fan adulte, alors que la même exposition est disponible à Londres en beaucoup plus fournie avec quand même le chemin de Traverse reconstitué ainsi que la grande salle de Poudlard. Certes c’est beaucoup beaucoup plus cher, mais au moins on est vraiment à fond dedans et je me dis que la Cité du Cinéma aurait pu réduire la taille de sa boutique hors de prix pour proposer quelque chose d’un peu plus impressionnant à la place.

DSC_2813
DSC_2805
DSC_2806DSC_2807

En bref une exposition à réserver aux inconditionnels et à surtout aller voir en heures creuses avant le début des vacances scolaires pour éviter d’avoir des enfants courant partout dans les pattes qui brisent un peu l’émotion teinté d’effroi quand vous vous retrouvez nez à nez avec le Magyar à pointes ou le Détraqueur dans le noir.

DSC_2814